de Nieuwe opdrachtgevers

les Nouveaux commanditaires

Félicie d’Estienne d’Orves – Atome Primitif

Commanditaires - Carmiña Caballero, Carolien Coenen, Dirk Baro, Frank Luyts, Freyia Han, Hanne Reumers, Helga Gielen, Hildegard Van Hove, Jan Weynants, Jeroen Reumers, Joris Van Damme, Kristel van den Boom, Lutgarde De Haes, Manuel Van De Weijer, Martine De Flander, Mieke Vanbergen, Myriam Tollet, Radegonda Bröde, Saskia Gheysens, Wim Roeckx.
Mediateur - Julie Goossens et Louise Goegebeur
Partenaires - KU[N]ST Leuven, stad Leuven, KU Leuven, De Nieuwe Opdrachtgevers / Les Nouveaux Commanditaires
Louvain, 2022

De opdracht

Le 28 janvier sera inaugurée l’“Atome Primitif” une installation in situ de l’artiste française Félicie d’Estienne d’Orves en hommage à Georges Lemaître (Charleroi, 1894-1966), père de la théorie du Big Bang, prêtre, astronome et professeur de physique à l'Université de Louvain.

Au début des années 1930, Georges Lemaître a décrit le premier modèle d’univers non statique, en constante expansion. Selon son modèle, l'univers était constitué à l'origine d'un "atome primitif" à partir duquel l'espace et le temps auraient émergé - une idée connue sous le nom de la théorie du Big Bang.

Élaborée dans le cadre du festival BOUM!, l’œuvre est le fruit d’une année de collaboration entre l’artiste et un groupe d’habitants de Louvain ayant répondu à l’appel de KU[N]ST Leuven à réfléchir à la création d’une œuvre d’art célébrant les théories de ce pionnier de la cosmologie. Pour sélectionner l’artiste et les accompagner à chaque étape du projet, ces citoyens engagés ont bénéficié du soutien de l’asbl Les Nouveaux Commanditaires dont la démarche originale incite les commanditaires à formuler leurs idées ou leurs souhaits à un artiste qui aboutit par le dialogue à la création d’une œuvre d'art unique.

Au cœur de Louvain, “l'Atome primitif” est une œuvre à l’échelle humaine, centrée sur le point de vue humain qui, à travers une déambulation dans toute la ville, rend hommage à l’exploration quotidienne de notre réalité.

Trait d’union entre des technologies anciennes et contemporaines, du bronze à la programmation électronique, l'œuvre correspond à l’ambition de Louvain de se placer dans une continuité historique en tant que ville médiévale tout en présentant une vision élargie du monde et du cosmos par l'innovation. Une ville universitaire de premier plan dont la créativité repousse les frontières de la connaissance.

 

Félicie d’Estienne d’Orves s’installe

Réalisée par l’artiste française Félicie d’Estienne d’Orves 

 

L'oeuvre d'art

Contrairement aux idées reçues, le Big Bang n'a pas été une explosion soudaine, mais un processus long et lent. La proposition de Félicie d’Estienne d’Orves tente de retranscrire cette réalité tout en répondant au souhait des commanditaires de réaliser une œuvre qui se répande dans toute la ville, qui soit à la fois une exploration et un lieu de rencontre invitant le spectateur à se promener dans la ville avec un sentiment d'émerveillement.

Le résultat est une œuvre à l’échelle du centre-ville de Louvain, composée de 80 médaillons en bronze blanc gravés au nom de galaxies répertoriées parmi les milliers de milliards présentent dans notre univers connu. Au centre de chaque médaillon, un dessin en relief indique la catégorie à laquelle ces galaxies appartiennent (spirales, irrégulières, lenticulaires ou elliptiques). Les galaxies sont positionnées suivant leur appartenance à différents âges de l’univers, depuis le périphérique de la ville (ou “ring”) qui représente le temps 0, jusqu’au centre de la ville ou temps présent soit 13,8 milliards d'années. Ainsi, en marchant du centre vers la périphérie, chaque mètre parcouru nous ramène 10 millions d'années en arrière, nous rapprochant de plus en plus de la naissance de l’univers.